Partenaires
 
photos©statues et monuments
 
Statues et Monuments Nord Pas-de-Calais
 

Monument Maréchal MORTIER

Ville de LE CATEAU-CAMBRÉSIS

 

C’est lors des fêtes données à Paris, le 28 juillet 1835 que le Maréchal Mortier (Edouard-Adolphe-Casimir-Joseph, duc de Trévise) né le 13 février 1768 au Cateau, trouva la mort auprès du roi Louis-Philippe 1er, dans un attentat perpétré contre ce dernier par Giuseppe Fieschi.
Fieschi avait mis au point une « machine infernale » composée de 25 canons de fusils posés côte à côte.
Le roi s’en sortira avec une éraflure, tandis qu’une seule balle alla frapper Mortier, obliquement dans l’oreille gauche, pour ressortir au-dessous de la droite, en traversant les muscles du cou. Il tomba foudroyé, mais on le transporta encore vivant dans une salle de billard du Jardin Turc où il expira.
Dans la foule atterrée, l’on entendait crier « non, non ce n’est pas le Duc de Trévise qui a été tué, c’est le Maréchal Mortier » le peuple de Paris ne le connaissait que sous ce nom !

Ne seront pas énumérés ici les états de service en grand nombre de Mortier, mais rappeler que son premier engagement commença en 1789 dans la garde nationale de Dunkerque, et pour être nommé Maréchal de l’Empire le 19 mai 1804.
Sa mort, toute la France le pleura, ainsi que l’Europe entière, tous s’associèrent aux regrets nationaux. Une statue en marbre fut réalisée et installée dans la cour d’honneur de Versailles, elle y demeurera jusqu’en 1931.

       
Mais le département du Nord et ses compatriotes lui rendent également hommage et font élever sur la grand’place de Le Cateau, sa ville natale, une colossale statue en bronze, cette œuvre saisissante de ressemblance nous la devons au sculpteur douaisien Théophile Bra et à la fonderie Soyer et Ingé, spécialisée dans les réalisations de grandes dimensions.
Elle fut installée sur un piédestal de marbre rouge pâle, veiné de blanc et protégée par une grille, ensemble réalisé par l’architecte départemental et diocésain M. Debaralle.
L’inauguration du monument eu lieu le 16 septembre 1838, en présence de Mr le Duc de Trévise, fils du Maréchal et de nombreuses personnalités civiles et militaires.
 
     
 
 

 

Les faces latérales creuses de manière que l’on puisse y ajouter le cas échéant des bas-reliefs, sont ornées du bâton de maréchal de France, gravé dans le marbre et doré ce qui est toujours le cas à ce jour.
Néanmoins, il faut souligner qu’en 2002, sur la face antérieure fut apposé une plaque par les légionnaires du Cambrésis en mémoire du bicentenaire de la création de la Légion d’honneur.

 
Le piédestal porte les inscriptions suivantes :
 

Face antérieure :

 
AU MARÉCHAL MORTIER
NÉ AU CATEAU EN 1768
MORT ASSASSINÉ
A COTÉ DU ROI
LE 28 JUILLET 1835
 

Face postérieure :

MUTTEN-THAL, HANOVRE,
DIERSTEIN, OCANA ,
MOSCOU, LUTZEN, etc. etc.,
FURENT LES PRINCIPAUX THEATRES
DE SA GLOIRE

 

         
  | page précèdente | | page suivante | | page mise en ligne le 17.01.2012| modifiée le 24.03.2016 |