Partenaires
 
photos©statues et monuments
 
Statues et Monuments Nord Pas-de-Calais

Marceline Desbordes -Valmore

Ville de DOUAI

 

Cette statue de pierre exécutée en 1957 et inaugurée le 6 juillet 1958 est l’œuvre d’Albert BOUQUILLON et se situe, Chevet de l’église Notre-Dame, rue de Valenciennes.

C’est d’ailleurs, au 126 de cette même rue qu’est née le 20 juin 1786 Marceline, fille de Félix peintre en armoiries ruiné par la Révolution, elle connaît une enfance très mouvementée. Elle doit interrompre ses études, et partir avec sa mère rejoindre un riche parent en Guadeloupe, pour tenter de redresser une situation financière précaire. A leur arrivée, une épidémie de fièvre jaune sévissait sur l’Ile et emporta sa mère. Après cet éprouvant voyage, Marceline Desbordes décide de revenir à Douai et devient comédienne. Ses premiers succès l’amènent à Rouen puis à Paris où elle rencontre en 1808, le grand amour de sa vie Henri de Latouche. Leur liaison, durera une trentaine d’années. En jouant à Bruxelles, la Rosine du barbier de Séville de Rossini, elle fit la connaissance de Prosper Lanchantin, un acteur de second ordre, dit Valmore, qu’elle épousa en 1817. Elle s’éteignit seule à l’âge de soixante treize ans à Paris en 1859.

Marceline Desbordes-Valmore publie en 1825 son premier recueil poétique.
En 1860, à titre posthume est publié un recueil de « Poésies » dont « Les Séparés »
Ce dernier fut d’ailleurs mis en musique et interprété, en 1997 par Julien Clerc.
Ensuite, en février 2016, c'est Pascal Obispo qui met en musique des textes de poèmes de Marceline, avec son album "Billet de Femme".

 
 

La statue actuelle est en fait la troisième que la Ville de Douai fit élever en la mémoire de sa poétesse. En effet, une première en bronze (Édouard HOUSSIN) inaugurée le 13.07.1896 a disparu lors de la première guerre et remplacée par une autre cette fois en pierre (Alexandre DESCATOIRE) est inaugurée le 13.07.1936. Cette fois l’œuvre est victime de la seconde guerre mondiale lors des bombardements du 19 mai 1940.

Toutefois, la dernière statue de Marceline réalisée par Albert BOUQUILLON, a été remplacée, début 2005 par une copie en résine inaltérable aux outrages du temps.

 
     
 

 

       
  | page précèdente | | page suivante | | page mise en ligne le 25.01.2004 | modifiée le 04.03.2017 |